Rapport d’activité 2017

Le 13/06/2018

Edito

Nous venons de passer une année 2017 très particulière. Celle d’un pays secoué par une campagne présidentielle heurtée et pour le moins historique. Cette campagne a fait écho à un désarroi réel et un besoin de changement exprimé de façon continue maintenant par les citoyens à chaque échéance électorale. Expression d’une aspiration pour une politique qui redonne sens aux choses et perspective pour chacun et chacune. La France de ce point de vue n’échappe pas à ce que vivent de nombreux pays d’Europe et d’Occident plus globalement : un affaiblissement des classes moyennes, un accroissement des inégalités entre les plus riches et le reste de la population et une panne de l’ascenseur social et des mécanismes historiques de redistribution des richesses. Si la marche vers le repli identitaire mortifère comme réponse aux angoisses légitimes des citoyens a pu être endiguée en France, pour le moment, il suffit de faire le tour des autres pays européens pour se rendre à l’évidence de la crise profonde que traversent nos pays. Aussi, dans ce contexte, il fallait réagir. Nous l’avons fait. En rappelant publiquement les valeurs républicaines fondamentales auxquelles nous sommes attachés et pour lesquelles des choix étaient à faire. Mais aussi en portant des propositions autour d’un projet de société tourné vers un avenir plus juste, plus soutenable. Nous avons porté ces propositions fondées sur les piliers de notre Manifeste, et forts de ce que représente la force associative dans le pays : un tissu en croissance, en mouvement, explorateur des solutions au quotidien, par l’initiative citoyenne et dans la proximité aux citoyens.

Nous avons décidé de continuer à promouvoir la réalité d’une société engagée, pour montrer derrière la tentation du pessimisme, la réalité des actes solidaires et positifs qui tous les jours recréent du lien social là où il est abîmé et qui démontrent l’importance capitale du fait associatif pour tenir une société ensemble.

Après les élections, et parce que les premières décisions du nouveau gouvernement ont été dures avec les associations, nous avons redoublé d’efforts et de mobilisation. Il fallait renforcer l’action de plaidoyer du Mouvement et nous l’avons fait. Par des campagnes, par l’expression publique et par le dialogue enfin. Parce que nous croyons qu’il serait irresponsable dans ce contexte, d’affaiblir en plus le tissu associatif en France ; et parce que nous sommes convaincus que la puissance qu’offrent 14 millions de bénévoles, 2 millions de salariés et un poids économique consolidé de 109 milliards d’euros de budget est au contraire une opportunité et chance pour le pays. L’enjeu n’est pas celui de nos organisations, mais bien celui d’une société plus solidaire, plus engagée, plus fraternelle, pour laquelle tous les jours, les militants, adhérents et salariés du monde associatif se battent.

Faire mouvement et porter l’exemple, c’est aussi agir sur nous-mêmes et renforcer notre attractivité. 2017 a aussi été une année active de ce point de vue. La famille s’est d’abord agrandie en accueillant deux nouveaux membres : France Nature Environnement et Citoyens et Justice. Nous avons aussi engagé différents travaux pour accompagner les associations dans leurs propres et nécessaires mutations ou les soutenir dans leurs préoccupations essentielles. Nous avons par exemple poursuivi le travail sur le modèle socioéconomique des associations entamé avec l’UDES, ou celui sur la transition numérique des associations. Nous avons ouvert un dialogue entre toutes les familles associatives sur les problématiques de l’évaluation et de la qualité, et bien d’autres actions au service du secteur avec l’appui de nos partenaires. Le présent rapport donne de tout cela et bien plus encore, un panorama très complet. Je veux aussi saluer ici l’immense travail que réalisent les membres, et chacun des Mouvements associatifs régionaux, parce que l’action de notre réseau, c’est aussi celle qui se déploie dans les territoires et qui est si essentielle à toutes les questions que je viens de traiter. Je me félicite de ce que pour la première fois, notre rapport d’activité fait place à cette activité territoriale et permet d’en mesurer l’étendue.

Enfin, au dernier trimestre 2017 nous avons aussi engagé un travail de transformation du Mouvement associatif lui-même.

Ce chantier doit s’achever fin 2018. Il doit parachever le passage entamé en 2012 d’une Conférence permanente des Coordinations associatives au Mouvement associatif, en gardant à l’esprit l’enjeu crucial de la structuration d’une vie associative fédérée, mais en remettant au cœur du projet l’importance de la promotion du fait associatif pour une société équilibrée : c’est-à-dire de ce qui est au fondement de chacune de nos organisations et qui dépasse chacune d’elle. Cette transformation passera aussi par notre capacité à mieux additionner nos forces pour les démultiplier, par notre capacité à gagner en souplesse et à savoir faire de notre maison commune, le lieu d’accueil et d’incarnation de tous ceux qui ont l’engagement associatif d’intérêt général en partage.

Pour tout cela et dans le contexte qui est le nôtre, nous avançons avec deux convictions, que le choix de se constituer en association continue à avoir un sens, mais que celui-ci ne suffit pas à récolter toutes les vertus. Forts de cela, nous continuerons donc à dire le sens de cet engagement, et à renforcer notre exigence d’exemplarité pour en être à la hauteur.

Philippe Jahshan, Président du Mouvement associatif

Télécharger